Pourquoi une entreprise en phase de création a-t-elle besoin d’un ERP ?

Malheureusement, les entreprises ont tendance à attendre d’avoir une certaine taille avant de recourir aux ERP. Mais, en fait, les problématiques et démarches administratives sont les mêmes pour des grandes entreprises que pour la petite structure qui démarre. Seuls les moyens sont différents. De plus, le fait de travailler sa facturation, sa comptabilité ou les salaires avec des outils bureautiques classiques n’offre pas la vision nécessaire à un démarrage sain. On risque alors d’avoir une mauvaise surprise lorsque la direction aura enfin le temps de traiter les données correctement. Enfin, l’introduction d’un ERP peut parfois être une étape lourde lorsqu’on a attendu trop longtemps avant de le faire.

En quoi le fait d’installer ces logiciels sur un serveur distant permet de changer la donne ?

Le cloud permet justement de proposer un ERP, sans faire l’acquisition complète de l’application. On paie en fait un abonnement qui autorise l’utilisation du service. Par conséquent, les coûts sont nettement moins importants et ils sont parfaitement adaptés au nombre d’utilisateurs, donc aux moyens de l’entreprise.

Mais cette solution fait face à des réticences ?

Oui. La plus grande est justement due au fait que l’information ne se trouve plus dans l’entreprise mais est hébergée. Les clients ignorent parfois les contraintes que représente le fait de posséder son data center. Avec son propre serveur informatique, il est plus compliqué pour les entreprises d’assurer sa sécurité, sa maintenance et le backup, ce qui est plus aisé pour des sociétés qui sont spécialisées dans ce domaine. Pour les entreprises locales, le défi est de proposer aux clients des datas center situées en Suisse. Dans notre cas, il se trouve à Genève. Cela permet de rassurer nos utilisateurs et de leur assurer la confidentialité de leurs informations ainsi que leur utilisation selon le droit suisse.

Comment bien choisir la société intégratrice de l’ERP ?

Nous pensons que l’idéal est de travailler avec un grand éditeur de logiciel qui offre un support conséquent et des solutions puissantes. Par contre, pour l’intégrateur, il vaut mieux choisir une petite structure locale, à l’écoute de ses clients et connaissant le marché régional. C’est en tout cas comme cela que nous voyons notre activité.

Comment les ERP installés en SAAS s’amélioreront-ils les prochaines années ?

Pour notre éditeur, qui s’occupe de développement, le défi actuel est surtout de se détacher des supports physiques en développant la mobilité. L’idée est de proposer des solutions d’abonnement avec des applications entièrement mobiles ou en ligne.