La tendance du Cloud est-elle récente?

Le Cloud existe déjà depuis de nombreuses années; en revanche des limitations techniques ne lui permettaient pas d’être aussi accessible qu’aujourd’hui. Le débit et le prix des bandes passantes il y a dix ans étaient un obstacle important qui forçait les entreprises à avoir toutes leurs applications et leurs infrastructures en local. La démocratisation de la fibre optique, l’accès à un internet haut débit et maintenant un accès mobile en 4G permettent au Cloud de devenir une solution viable, voire incontournable, des stratégies informatiques des entreprises. 

Reste-t-il alors des obstacles technologiques? 

Nous ne pouvons plus forcément parler d’obstacles, mais plutôt de choix stratégiques. Le choix du bon partenaire d’hébergement devient donc crucial. Une société se doit de valider les infrastructures, la performance des solutions proposées, leurs coûts ainsi que les paramètres de sécurité mis en œuvre par l’hébergeur afin de garantir la confidentialité des données. 

Quels sont les avantages du Cloud pour les entreprises? 

Il y en a beaucoup, mais en voici quelques-uns: l’accès à des infrastructures de pointe normalement inaccessibles pour une PME, un environnement flexible et évolutif où les PME achètent uniquement ce qu’elles utilisent, une mobilité accrue, une meilleure sécurité grâce à l’externalisation des données, mais surtout des économies et une meilleure gestion des coûts liés à leur informatique. 

Pourriez-vous nous citer un exemple où s’applique un Cloud bien implémenté? 

Il est possible de se connecter de manière sécurisée à nos infrastructures depuis un terminal relié à internet, vous offrant ainsi un poste de travail mobile et sécurisé avec l’ensemble des données et des applications métiers de l’entreprise. Ce bureau virtuel fournit également un plan de sauvegardes automatiques avec un historique sur vingt-quatre mois afin d’éviter tout risque de perte de données. Par la même occasion, ce scénario offre également une économie sur l’ensemble des coûts informatiques par utilisateur.