L’ère du numérique a sonné! Smartphones, tablettes, GPS… les nouvelles technologies nous accompagnent partout et font désormais partie de notre quotidien. Outils pratiques, parfois indispensables, il est devenu presque impossible de s’en passer. Et pour cause, toutes ces technologies facilitent notre vie et augmentent notre confort. Mais à quel prix?

Plus de facilité 

Une application pour trouver son chemin, une autre pour faire ses courses, les fans de la marque à la pomme le savent. Aujourd’hui il suffit de se tourner vers son téléphone mobile pour trouver une réponse à ses besoins. En mai 2013, l’App Store a dépassé les 50 milliards d’applications téléchargées, ce qui correspond à sept fois la population mondiale… Il ne fait plus de doute que les technologies numériques ont su se rendre indispensables au quotidien. Les détracteurs du tout numérique y voient un danger, un risque d’étourdissement. Question de jugeote, rétorquent les défenseurs de la cause numérique. Au mois de janvier, une femme belge de 67 ans aura conduit durant deux jours et effectué près de 1500 km de trop… la faute à son GPS. La faute à son GPS? C’est un point de vue. 

Plus de fun 

Quoi qu’on en dise, les nouvelles technologies ont apporté un côté ludique à notre vie: le fait de faire du sport ou de travailler sa mémoire grâce à sa console de jeu prouve que ce qui était avant, réservé aux enfants, s’adapte désormais aux envies de toute la famille.

Plus de confort 

Mais les objets numériques auxquels nous faisons appel ne sont que la pointe de l’iceberg. Il existe en effet toutes sortes de systèmes qui nous assistent, sans pour autant savoir qu’on fait appel à eux. L’automobile est un bon exemple: grâce aux technologies embarquées, il est désormais possible d’améliorer la sécurité et le confort des passagers avec des systèmes d’airbag plus fiables et performants, sans oublier le freinage assisté qui permet d’avoir une conduite plus sécurisée. 

Plus de communication 

Enfin, depuis ces dernières années, de nouvelles technologies sont synonymes de plus de communication. Le wi-fi et la 3G ont totalement bouleversé notre façon d’échanger. Elle est devenue immédiate. Les distances n’existent plus, les frontières non plus. On peut désormais se parler, se voir et même se révolter en «live»! Les réseaux sociaux en sont un exemple marquant; ils ont permis de relayer, en 2011, les révoltes du Printemps arabe. Objet de controverse de notre société en raison des informations très personnelles qu’on y divulgue, les réseaux sociaux ont révolutionné nos modes de vie. Alors objets de liberté ou de surveillance programmés? Seul l’avenir nous le dira. En attendant difficile de revenir en arrière, même si certains s’y seraient essayés…

Plus la peine?

Un journaliste du site américain The Verge s’est «déconnecté» volontairement, pendant un an, et a tenu son journal. «On a tant écrit pour critiquer le faux concept d’un «ami Facebook», mais je peux vous dire qu’un «ami Facebook» c’est mieux que rien» commente le jeune homme de 26 ans. Son aversion pour internet devient même dérisoire le jour où sa nièce lui avoue que n’ayant plus de contact avec lui via Skype, elle pensait qu’il ne voulait plus lui parler. Finalement pas si simple de quitter internet aujourd’hui. Paul Miller est retourné sur internet, «peut être que j’y perdrai mon temps, dit-il, ou que je serai distrait, ou que je cliquerai sur tous les liens sur lequel il ne faut pas cliquer. Je n’aurai plus autant de temps pour lire ou réfléchir ou écrire le grand nouveau roman américain de science-fiction. Mais au moins, je serai connecté».