Explications

A l’heure du multi-écran et du web consommé en grande partie sur les téléphones portables et les tablettes, il n’est plus imaginable de développer un site internet ou une application sans réfléchir à maximiser sa compatibilité. Si autrefois il suffisait de se conformer aux exigences des différents navigateurs web, il est donc désormais nécessaire de prendre en compte les différents types puis marques de périphériques. En outre, en plus des langages informatiques différents, il existe également une grammaire de la mise en page bien spécifique à chaque nouveau medium et il vaut mieux la respecter si on souhaite que le grand public s’y retrouve. La récente cinquième version du HTML, le format de données conçu pour représenter le page web, permet heureusement de remédier à ce problème en concevant une seule page correctement interprétée par tous les écrans et les périphériques. Les professionnels du développement web et applications sont en pleine phase de transition et certains prestataires en ont profité pour prendre une longueur d’avance. 

Un esperanto 2.0

Chaque société qui désire lancer son application mobile a désormais le choix entre développer une version Android et une autre Apple ou simplement faire le choix de l’HTML 5 qui sera compatible sur les tablettes et les téléphones portables des deux marques. La deuxième solution est évidemment plus avantageuse puisqu’elle divise par deux le temps de travail des développeurs. Enfin, étant donné que de très nombreux appareils comme les téléviseurs ou les interphones deviendront vraisemblablement des terminaux multifonctions pouvant recevoir des applications, il deviendra très peu pratique et beaucoup trop onéreux de développer des applications spécifiques pour chaque système.