Combien coûte un ERP (Enterprise Resource Planning) pour une PME? 

Avant tout, il faut savoir que le marché se dirige désormais davantage vers une utilisation sous forme de services de ce type de solution plutôt que d’achat. Les coûts sont ainsi plus faibles, mieux adaptés aux besoins et surtout ne nécessitent pas un investissement de départ important. Bien entendu, le tarif dépendra de la taille de l’entreprise ainsi que de la complexité du projet. Nous pouvons estimer le prix d’entrée de gamme à CHF 50.– par utilisateur et par mois. L’entreprise pourra ainsi y intégrer sa comptabilité, gérer ses salaires et traiter efficacement ses documents commerciaux (achats – vente). Si l’on désire étendre les fonctionnalités, y ajouter la possibilité de gérer la production, le service après-vente, de la gestion de trésorerie voire du forecasting, il faudra débourser jusqu’à CHF 200.– mensuels par utilisateur. Ce mode de consommation comprend également l’infrastructure serveur nécessaire pour faire fonctionner ces logiciels. 

Quelles sont les différentes fonctions de ces progiciels de gestion intégrée?

Chez SolvAxis, nous avons l’habitude de séparer les fonctions de ces logiciels en trois cercles distincts. Le premier, qui est le cœur, va comporter les thèmes salaires, finances, logistique et gestion de production. Ce sont les fonctions centrales et communes à la grande majorité des entreprises. Ensuite, le second cercle que nous ajoutons à nos solutions est composé des solutions spécialisées. Il comprend les programmes qui dépendront des métiers de la société concernée. Il est aisé de comprendre qu’un horloger, par exemple, n’aura pas les mêmes besoins de service après-vente, de forecasting ou de la gestion des R.H. qu’une entreprise de services. Et enfin, le troisième cercle est composé d’applications dites transversales. Il s’agira donc, entre autres, d’outils d’analyse (BI), d’applications de gestion documentaires ou de solutions mobiles que le progiciel de gestion doit être à même d’intégrer. 

Existe-t-il une uniformisation dans ce domaine? 

Oui et non. En effet, tous les ERP permettent la création de factures, l’établissement d’un bilan et le paiement des salaires. Dans cette mesure-là, ils sont tous uniformes. Cela dit, chacun procède d’une manière différente et s’adapte à la législation d’une région ou à la manière de fonctionner d’un secteur. C’est pour cette raison qu’il est essentiel de choisir un progiciel conçu pour nos besoins et notre pays. Il n’existe pas de solution de gestion intégrée qui soit parfaite dans tous les cas.

Quels sont les points délicats lors de l’intégration de l’ERP à l’entreprise?

Il ne s’agit pas d’une opération anodine et l’installation d’un tel progiciel dans la vie d’une PME entraîne d’importantes modifications qu’il est essentiel de prendre en compte. Je n’imagine pas qu’un tel changement puisse se faire sans une volonté très forte et communicative de la direction. Ensuite, de nouvelles responsabilités sont réparties sur l’ensemble des collaborateurs. Les données que ces derniers vont saisir dans le système auront une importance cruciale dans d’autres fonctions et dans la gestion prévisionnelle. Si cela n’est pas pris en compte par les employés, l’ERP contiendra de nombreuses données erronées ou incomplètes et deviendra inutilisable. 

Qu’en est-il de la sécurité? 

Les systèmes dont nous parlons contiennent de nombreuses données sensibles. Le niveau de sécurité est donc adaptable en fonction des risques de chaque structure et parfois, il faut même mettre en place une reconnaissance faciale, d’autres fois des solutions traditionnelles de mots de passe / droits d’accès seront suffisantes.