Entreprendre à temps partiel

Il s’agit souvent de garder un revenu «garanti» avec un travail salarié et d’avoir à côté une passion qui rapporte un peu d’argent. Alors, bonne ou mauvaise chose? Dans la configuration travail employé d’un côté et travail passion de l’autre, le couple fonctionne généralement très bien.

La passion permettant à l’employé de s’épanouir et d’être plus alerte dans son travail salarié. Un autre exemple fonctionnant également plutôt bien, d’après mon expérience, est lorsque les deux activités se complètent sans se faire concurrence. Par contre, il faut être très attentif lorsque les activités rentrent en concurrence directe ou sont incompatibles pour des raisons de rythme de vie.

Dans l’ensemble, entreprendre à temps partiel, ou autoriser ses employés à le faire, demeure une relation gagnante pour l’employé et l’employeur. L’un peut s’épanouir complètement et l’autre profiter d’un employé très motivé et plus heureux.

Etre attentif aux obstacles

Toutefois, il convient de rester attentif à quelques obstacles et difficultés, notamment concernant la couverture accident et les éventuelles lacunes de cotisations pour l’AVS et le 2e pilier. Ne pas mettre toute son énergie dans son projet entrepreneurial peut aussi être cause de frustrations rapidement car le projet ne pourra jamais aller aussi vite que si l’on n’y met tout son temps et son énergie.

La voie de l’entrepreneur à temps partiel n’est pas le chemin le plus facile mais certainement le plus sûr. Sortir de sa zone de confort sans jouer son va-tout, finalement c’est une manière très suisse d’entreprendre, lentement mais sûrement.