L’année 2013 a été une année record en termes de créations d’entreprises. En tout, plus de 40 000 nouvelles sociétés ont été fondées. En Suisse, nombreux sont celles et ceux qui décident de se lancer dans l’aventure entrepreneuriale. Intense en travail et en responsabilités, cette aventure valorisante est aussi riche en émotions et en défis.

L'envie de réaliser quelque chose

Chez Genilem, nous avons le privilège de recevoir chaque année plus de 700 porteurs de projet issus de tous secteurs d’activité. Ils nous sollicitent pour confronter leur idée à un spécialiste, obtenir un diagnostic de leur projet et les orienter, en fonction de leurs besoins, auprès des différents organismes spécialisés. Pour la plupart des entrepreneurs que nous rencontrons, c’est la conviction de tenir une bonne idée et l’envie de la réaliser qui sont moteurs, stimulés par des motivations personnelles. Ils veulent se lancer dans une aventure qu’ils pressentent passionnante et enrichissante, être pleinement responsables de leurs actions et en assumer directement les conséquences.

Pour les entreprises naissantes aux caractéristiques innovantes (au sens large du terme, technologique ou non) qui ont été accompagnées pendant 3 ans par un coach, plus de 84 pour cent sont encore actives, alors que la moyenne est inférieure à 60 pour cent.

La conviction de tenir une bonne idée et l’envie de la réaliser sont essentiels.

L’écosystème d’aide à la création d’entreprise consiste en un réseau de prestataires vaste et complémentaire dont nous pouvons nous féliciter.
Cela prouve effectivement que les enjeux liés à la stimulation de l’innovation et au renouvellement du tissu économique ont bien été identifiés, d’une part, par les pouvoirs publics, mais également par de nombreuses initiatives privées, afin d’apporter des soutiens sous forme de financement, de prix, de coaching, d’incubateurs, de formation et de réseaux thématiques appelés Clusters.