Chaque année, plus de 25 000 nouvelles sociétés sont lancées en Suisse, ce qui en fait l’un des pays les plus innovants en Europe. Mais très vite, l’aventure du chef d’entreprise peut devenir un long parcours du combattant.

« Il est important d’être entouré des bonnes personnes », résume Oana Ioan, directrice de la filiale suisse romande de Startups.ch, qui aide les jeunes entrepreneurs à se lancer.

S’appuyer sur  des conseillers professionnels

L’inscription au registre du commerce, l’établissement de statuts, la souscription à la TVA ou le calcul du capital et du budget sont quelques-unes des premières tâches à gérer. « Le jeune chef d’entreprise n’a pas forcément les compétences pour le faire. De plus, il passe l’essentiel de son temps à développer son business plan, indispensable à la croissance de sa société », détaille Oana Ioan.

Par exemple, le choix de la bonne forme juridique dépend de nombreux facteurs comme le nombre de personnes participantes, le capital de base nécessaire, l’anonymat des personnes, le risque commercial ou encore la responsabilité souhaitée ( fortune privée ou uniquement professionnelle ). Pas simple de s’y retrouver. Il est donc nécessaire de demander l’aide d’un juriste, d’une fiduciaire ou encore d’experts en entrepreneuriat.

Le chef d’entreprise doit également apprendre à déléguer les tâches au sein de son équipe, selon les objectifs visés et les compétences de ses premiers salariés.

Respecter son budget

Le but premier du jeune entrepreneur n’est pas forcément de rouler sur l’or. Le succès économique n’arrive pas toujours aussi vite que prévu. De ce fait, les ressources financières ne doivent pas être calculées trop juste. « Au début, l’entreprise fonctionne comme le budget d’une famille. Il ne faut pas dépenser plus que ce que l’on possède et garder des réserves pour les gros coups durs », ajoute Oana Ioan.

Quelques connaissances en gestion d’entreprise aident à réagir rapidement et maintenir les finances et les liquidités sous contrôle. Enfin, les bénéfices réalisés doivent être réinvestis dans l’entreprise, afin de multiplier ses chances de réussite.