Le premier objectif d’une start-up réside dans le dépôt d’un brevet. Il s’agit d’un titre de propriété industrielle qui permet à l’entreprise de bénéficier d’un monopole d’exploitation pendant une durée de vingt ans.

Dans un contexte économique difficile, la quête d’un brevet est une question de survie.

La fabrication, l’utilisation et la vente deviennent ainsi interdites sans licence préalable. Il est aussi possible de poursuivre les contrefacteurs devant les tribunaux. Ce titre permet à la start-up de s’approprier des marchés pour se développer tout en s’assurant de ne pas être concurrencée par des produits similaires. Dans un contexte économique difficile, la quête d’un brevet est une question de survie.

Un levier pour attirer des investisseurs

Mais le brevet est aussi une question d’image pour la jeune entreprise: il permet de démontrer sa capacité innovante. C’est d’autant plus important pour les start-up qui recherchent un financement.

Un investisseur va vouloir s’assurer que son investissement est sécurisé contre des tiers qui seraient susceptibles de copier la technologie dans laquelle il a investi. Les start-up ont alors plus de chances d’être introduites en bourse, de fusionner avec une autre société ou d’être rachetées.

Un premier pas vers la réussite

Les brevets ont un impact tout au long de la vie de ces sociétés. Mais ils ne permettent pas forcément un succès automatique. L’invention doit arriver sur le marché au bon moment: ni trop tôt, ni trop tard.

Enfin, tout dépendra de son adaptation avec la cible visée, de sa mise en œuvre, de la stratégie commerciale et marketing mise en place.