Se développer économiquement passe forcément par une croissance de son activité et donc de sa zone d’activité. Quel que soit le secteur concerné, c’est l’étranger qui sera un jour ou l’autre visé.

L’erreur classique est alors de vouloir imposer le schéma initial aux nouveaux marchés, en se contentant – pour caricaturer – d’envoyer quelques plaquettes par e-mail.

C’est malheureusement négliger l’importance de la dimension culturelle dans toute affaire. Il n’y a pas de miracle, c’est d’abord un développement de l’esprit et des connaissances qu’il faut effectuer en se rendant sur place et en faisant l’effort de s’intégrer.

L’implantation de son produit devra alors s’enrichir des mêmes modifications que l’on aura appliquées à son propre comportement et sa propre personnalité. Une leçon de vie et d’économie!