Quels sont concrètement les éléments à assurer lors d’une vente et d’un transport? 

Il y a plusieurs éléments essentiels qui sont liés au contrat de vente et qu’il faut assurer. Soit le transfert de propriété, le paiement du prix, la cause ou le motif d’achat ainsi que l’objet lui-même. Le transfert de risque, autre élément essentiel lié au contrat de vente, est le moment crucial qui nous intéresse particulièrement dans le cas de l’assurance du transport. Il définit l’instant où les conséquences de la perte ou de la détérioration du bien transféré passent d’une partie à l’autre. Attention, le changement de propriétaire ainsi que le paiement ne se font pas forcément au même moment que le transfert de risque. Il existe en fait plusieurs moments où le risque peut se transférer. Dans la majorité des transactions internationales, les transferts de risques sont définis par les termes commerciaux dont la réglementation est édictée par la Chambre de commerce internationale à Paris (Incoterms). Cette réglementation définit en particulier à partir de quand l’acheteur est responsable des risques de pertes et de dommages encourus par la marchandise durant le
transport.

Quels sont les différents risques auxquels sont confrontés les entrepreneurs suisses qui effectuent des transports?

Il y a d’abord tous les risques découlant du transport proprement dit. C’est-à-dire les risques d’accidents ou d’incidents qui peuvent retarder, détériorer ou annuler la livraison. Ensuite, il y a toute la problématique des différentes législations et interdictions de chaque pays. Enfin, il faut prendre en compte les garanties, les dommages dus au stockage, les éventuels non-paiement et annulation de commande sans oublier, les risques locaux de terrorisme, piraterie ou même de guerre. Puisque tous ces risques sont très variables en fonction du type de transport, des itinéraires et de la période concernée, il est important de se faire conseiller par des experts qui sont très au fait du marché international et de ses évolutions récentes. 

Selon votre expertise, existe-t-il des risques spécifiques au marché suisse?

Notre pays est hautement connecté avec le marché international. En raison de ce fort taux d’importation et d’exportation, l’ensemble des normes internationales sont valables en Suisse. Dès lors, on ne peut pas réellement parler de risques spécifiques au marché helvétique. 

Quelles sont les tendances de risques sur le marché des transports en Suisse? Celui-ci subit-il actuellement des modifications? 

La crise économique mondiale ainsi que le franc fort ont engendré une baisse des exportations de certaines entreprises dans le cycle de production et, par conséquent, moins de produits à assurer lors des transports de marchandises. En revanche ces produits connaissent une forte hausse des prix. Ces modifications impactent l’entier du secteur de la vente et du transport et, par conséquent, les assurances qui y sont relatives. De plus, la place helvétique est stimulée par un phénomène d’implantation de nouvelles sociétés de trading dans l’arc lémanique. Le commerce international est de plus en plus complexe et la précision de l’utilisation des Incoterms devient de plus en plus essentielle.