Chasse gardée des stars et des grands entrepreneurs, le milieu des jets privés véhicule son lot de fantasmes et de paillettes. Pour ceux qui en ont les moyens, l’aviation d’affaires s’impose aujourd’hui comme une référence et un formidable outil de travail. «Lorsque l’on dépense de l’argent pour affréter un avion, il y a un véritable retour sur investissement», explique Yves Roch, directeur de Fly 7, société suisse active dans le courtage de vols privés.

Simplicité et flexibilité
L’aviation d’affaires n’est pas soumise aux problèmes de disponibilités et de capacités des compagnies aériennes classiques. Il est par exemple possible de réserver l’après-midi pour le soir même. Mieux, les passagers se présentent à l’aéroport 15 minutes avant le décollage. «Fini le stress dans les embouteillages ou dû à un rendez-vous qui se prolonge. Nous nous adaptons à l’emploi du temps de nos clients. L’avion ne partira jamais sans eux», ajoute Yves Roch.

Economies pour l’entreprise
Aujourd’hui, le choix des destinations est quasi illimité, les petits terrains étant accessibles. Ainsi, avec un jet privé, il est possible de se poser sur 1 200 aéroports en Europe, contre 300 pour l’aviation régulière. «On touche directement sa cible. Un vol affrété sur une destination précise est souvent moins cher qu’un déplacement complexe par les voies traditionnelles», détaille Yves Roch. Ainsi, ce mode de transport permet de se déplacer dans la journée, évitant les nuits d’hôtel et la location de voitures. De plus, le prix du vol est à diviser entre le nombre de passagers. De ce fait, parfois, le trajet n’est pas plus onéreux qu’un vol «business» sur un avion commercial. Par exemple, un Genève-Londres pour 4 personnes coûte environ 5 000 francs, ce qui revient à 1 250 francs par passager.

Temps de travail rentabilisé
Non seulement les voyageurs d’affaires optimisent leur trajet mais ils profitent aussi d’un espace confortable, consacré au travail ou au repos pendant le vol. Pas de cris d’enfants, pas de voisins bruyants ou indiscrets: les conversations confidentielles ne risquent pas d’être entendues. Les passagers arrivent reposés à leur rendez-vous. Au final, le voyage n’est pas du temps perdu mais des heures gagnées. «L’aviation d’affaires a un impact sur la productivité des entreprises. C’est un plus lorsque l’on s’envole pour aller signer des contrats», conclut Yves Roch.