Henry Ford rêvait d’une voiture universelle; son rêve devient réalité à partir de 1908 avec la Ford T. Depuis presque 110 ans, l’idée que chacun puisse acheter et utiliser à sa guise et sans restriction une voiture, particulièrement dans le monde industrialisé, n’a pas été remise en question.

Aujourd’hui, le monde industrialisé remet en question la poursuite de cette tendance.

En Suisse, le taux de motorisation est de 543 voitures pour 1000 habitants, alors que dans les grandes villes de plus de 100 000 habitants il est en baisse et s’affiche en 2015 à 0,36.

Des défis importants

Cela démontre s’il en était besoin que la mobilité change, du moins dans les agglomérations, créant ainsi quelques défis que nous nous devons de relever: concilier le besoin de mobilité individuelle, garantir la disponibilité d’une infrastructure capable de satisfaire la demande, prendre soin de notre environnement en améliorant rapidement les émissions polluantes tout en maintenant le choix de chacun.

Le plus urgent est la décarbonisation des modes de propulsion afin de réduire la hausse de la température en visant l’objectif fixé par la COP21 à Paris. L’électrification des véhicules est la principale réponse à ce problème.

L’automatisation des moyens de transport et le covoiturage sont des mesures annexes sur lesquelles tous les espoirs sont placés. Mais cela ne sont que des mesures annexes demandant un changement de la société ainsi que plusieurs décades de développement technique.

Quelles que soient les révolutions à venir, elles vont toutes avoir un impact conséquent sur la vie de chacun et de chaque entreprise.