Quels sont les dangers?

Les risques liés aux échanges internationaux dépendent des pays concernés. Le risque de change, par exemple, est un des problèmes majeurs au regard des fluctuations monétaires, mais aussi des décisions politico-économiques.

Pour mémoire, l’abolition du taux plancher franc/euro en janvier 2015. Le non-paiement de la marchandise exportée ou le non-remboursement d’acomptes versés à un fournisseur est un problème récurrent.

Viennent ensuite les risques de prestations. Ils concernent la qualité du produit et le niveau de fiabilité du fabricant ou du distributeur étranger. Par ailleurs, si l’on s’en réfère aux statistiques, un taux significatif de marchandise se volatilise ou se détériore pendant l’acheminement.

Il s’agit là du risque de transport. A ne pas négliger non plus le risque de réputation. Sans le savoir, une entreprise peut en effet commercer avec un interlocuteur «voyou». La distance et la différence culturelle sont en général des facteurs aggravants.

Se prémunir

A chaque médaille son revers. Le commerce international n’échappe pas à la règle. Pour preuve: les déboires des entreprises qui n’ont pas su évaluer le risque, l’assumer ou s’en protéger.

Pour surfer sur la vague de l’import-export sans souci, l’entrepreneur doit être au fait des questions liées à la gestion de ces risques. Il peut aussi déléguer tout ou partie des opérations à des cabinets spécialisés et contracter des couvertures auprès d’une banque ou d’une compagnie d’assurances.