C ’est un problème auquel sont confrontés près de 150 000 frontaliers français. Travaillant en Suisse, leur salaire est versé en francs suisses. L’essentiel de leurs dépenses est effectué en euros dans leur pays de résidence. De nombreux Suisses travaillent également dans leur pays mais vivent de l’autre côté de la frontière. Les banques ont donc mis en place des services spécialement élaborés pour les besoins spécifiques de cette clientèle.

Rapatrier son salaire

Les frontaliers ont deux possibilités. D’un côté, ils peuvent choisir à la fois une banque française et une banque suisse. De l’autre, ils peuvent choisir uniquement une banque française. Dans les deux cas, il est possible de rapatrier automatiquement son salaire en France. Depuis une application mobile par exemple, vous pouvez choisir le montant et la date de virement. Pour cela, il est conseillé de souscrire à des formules qui utilisent le système SEPA. Ce dernier a pour objectif de faciliter les échanges transfrontaliers et donc de réduire les frais. En effet, les virements internationaux classiques comportent des frais bancaires souvent élevés.

Maîtriser le change

Enfin, la maîtrise du taux de change reste une préoccupation principale pour les frontaliers. Des banques en Suisse proposent des transferts par e-banking à des taux de change compétitifs. Cette solution offre de nombreux avantages: sécurité, simplicité et possibilité de consulter ses virements depuis une application mobile. Quant aux banques françaises, elles proposent des contrats de garantie de change afin de protéger leurs clients d’éventuelles fluctuations des cours. La banque s’engage à acheter au frontalier ses devises en francs suisses pour un cours fixé à l’avance. Généralement, ce contrat est conclu pour une durée de 6 ou 12 mois maximum.