Par le passé, les salariés avaient tendance à privilégier la sécurité financière, aux dépens du bien-être au travail: équilibre entre vie privée et vie professionnelle, sens donné au travail, perspectives d’évolution professionnelle.

Aujourd’hui, ils sont de plus en plus attentifs à leur environnement de travail et au sens donné à leurs missions. Les entreprises doivent désormais en tenir compte et adapter leur management pour conserver ou attirer de nouveaux talents.

Définir une communication d’entreprise

Chaque salarié a besoin d’une perception claire de la direction collective à prendre afin de donner du sens à son travail. Les entreprises doivent donc communiquer davantage sur la vision de ses objectifs.

Cela permet d’affirmer les valeurs fortes de la culture d’entreprise. Le temps des chefs qui décident et des salariés qui exécutent est également révolu. L’entreprise doit développer la cohésion d’équipe, qui se construit sur la connaissance mutuelle et la possibilité collective d’agir.

La mise en place d’initiatives concrètes permet à chaque salarié d’y trouver son compte en termes de progression, de reconnaissance et de développement de son employabilité.

Développer une méthode efficace

Mais comment faire? Une méthode gagne du terrain dans les entreprises ces dernières années. Il s’agit de l’incentive, apparue dans les pays anglo-saxons dans les années 1990.

Cette méthode permet de motiver les employés d’une entreprise de deux manières. D’une part, la motivation «à être», qui va permettre de créer une cohésion dans l’équipe, c’est-à-dire de jouer sur le comportement des collaborateurs.

D’autre part, la motivation «à faire», qui a pour but d’améliorer les performances au travers des campagnes de stimulation. Dans les deux cas, les salariés reçoivent une contrepartie pour les féliciter, telle que l’organisation de séminaires, de voyages ou de cadeaux.

Une seule condition doit être remplie pour que cette méthode soit efficace: l’entreprise doit l’utiliser en période de croissance car c’est un accélérateur de performance. Impossible, donc, d’y recourir en cas de plan social, par exemple.

Développer la motivation

Les activités de team bulding, ou construction d'équipe constituent souvent la première étape de cette méthode. C’est une façon de mettre l’entreprise en ordre de bataille, avant la mise en place de programmes plus approfondis. Localiser le lieu où construire un abri, en pleine forêt, à l’aide de matériel rudimentaire pour «créer une solidarité au sein d’un groupe», sauter à l’élastique «pour oser se lancer» ou encore descendre une rivière en rafting «pour être tous dans le même bateau».

Voici quelques-unes des activités possibles. Cette immersion dans des situations inhabituelles mobilise les compétences relationnelles de tous les participants. Elle permet de développer des fonctionnements similaires à ceux rencontrés en entreprise, tels que l’entraide, l’échange, la complicité ou la contribution au succès.

Importance de l’encadrement

Au-delà de motiver son équipe, ce type d’atelier est un facteur d’adhésion et de fidélisation à l’entreprise. Il donne l’opportunité à chacun de développer ses compétences.

Mais attention, il ne s’agit pas simplement d’activités récréatives offertes aux salariés. Pour réussir, cette méthode doit être encadrée par des personnes qualifiées, comme des formateurs d’adultes ou des psychologues du travail.

Il s’agit d’identifier les problèmes durant les activités, pour ensuite faire un retour sur expérience auprès des salariés.