Il faut savoir que même si la situation dans le commerce en ligne semble confortable, elle ne l’est cependant pas. La forte attractivité du marché déclenche de gros investissements qui entraînent un sursaut de la concurrence qui a lieu aussi bien au niveau des prix qu’au niveau des prestations. 

De plus en plus de fournisseurs multi-canaux s’installent en Suisse, ils ont une autre ressource, des marques établies, les potentiels de canaux croisés, la force financière, les gros volumes d’achats et leurs structures d’organisation existantes.

Mais comment les entreprises spécialisées dans le commerce électronique gèrent-elles leurs stocks alors qu’elles n’ont pas physiquement de magasin ?

Tout d’abord, il existe une tendance à la numérisation. Un déplacement des formes matérielles de commerce vers des formes immatérielles. D’une part parce que de plus en plus de produits sont maintenant numérisés, comme par exemple les livres, et d’autre part parce que les commerçants veulent s’ouvrir à la flexibilité et au maniement des offres numérisées en fonctionnant par exemple avec des bons d’achats.

Certaines entreprises choisissent de faire appel à une société spécialisée dans la logistique e-commerce. Celles-ci mettent des entrepôts à disposition de leurs clients, les alertent notamment quand le stock arrive au seuil minimum. Il est même possible de leur déléguer la livraison et la réalisation effective de la prestation. 

Il existe évidemment d’autres alternatives, plus économiques  pour les petits structures. Attendre de recevoir la commande du client avant de passer la commande chez le fournisseur, certains grossistes acceptent même de livrer directement chez le client.

Ou établir un stock à domicile et le réapprovisionner régulièrement en fonction des tendances de commande. L’investissement de départ est important mais permet à la société de garantir à ses clients un délai de livraison court et fixe.

En Suisse, on rencontre plutôt des agences qui mettent l’accent sur l’élaboration, la création, la conception et la maintenance de sites web requérant d’importantes spécificités techniques comme celles d’un site de commerce en ligne. C’est une gestion des magasins virtuels qui est proposée de A à Z, mais uniquement la plate-forme Internet, sans entrepôt et envois.

L’une des pionnières de l’e-commerce en Suisse possède son propre entrepôt à Sierre, une halle de 1000 m2. Y sont stockés les articles de puériculture et de sport. Les produits proposés étant saisonniers, l’entreprise passe commande à son fournisseur 8 mois avant la saison d’été par exemple et garde en stock les articles, en cas d’épuisement un réassort est effectué. Si il reste certains produits, ils peuvent être reconduits l’été suivant, stockés ou soldés comme dans les magasins traditionnels. 

D’autres ont plusieurs solutions. Chaque jour à minuit un site Internet propose un nouveau produit en quantité limitée. Son fondateur trouve plus facile que les articles restent parfois stockés chez le fournisseur qui ne les transfèrent qu’une fois la vente terminée. Si les marchandises sont acheminées depuis l’étranger, elles seront conservées quelques jours dans les locaux de l’entreprise ou si elles prennent trop de place, sur des palettes dans un entrepôt adaptable qui facture uniquement si des articles sont stockés et selon la quantité.