Pourquoi les entreprises participent-elles à ce forum?

Elles recherchent des rencontres avec l’économie et avec des participants intéressés par une thématique commune. Elles ne cherchent pas forcément à faire des affaires le jour même, mais à créer de nouvelles opportunités de marché et à consolider leurs relations existantes.

En période de crise économique, les entreprises ont tendance à réduire leur participation aux salons. Pourquoi continuent- elles à venir au FENV?

En neuf ans d’existence, le forum a toujours affiché complet, même en période de crise économique. Lorsque la conjoncture est difficile, les leaders économiques ont encore plus besoin de faire des rencontres afin d’élargir leurs horizons, de trouver de nouveaux partenaires et / ou clients, d’entretenir leur réseau. La rencontre physique reste primordiale.

Chaque année, votre événement attire plus de 500 participants. Comment expliquer le succès de votre événement?

Les thématiques abordées constituent l’une des clés de notre réussite. Par exemple, comment promouvoir l’image de mon entreprise? Nous y consacrons beaucoup d’énergie et d’attention. Le choix des thèmes se valide jusqu’à trois ans avant l’édition par un groupe de travail réunissant un panel représentatif de nos participants et de leurs attentes. Une fois le thème choisi, nous sélectionnons les conférenciers qui débattront de ce thème lors du forum.

Le FENV fêtera l’an prochain son dixième anniversaire. Quel avenir imaginez-vous?

Depuis cinq ans, nous mettons l’accent sur l’importance d’Internet et des réseaux sociaux. Aujourd’hui, la journée est retransmise en streaming sur le site de l’événement. Nous souhaitons que les internautes qui nous suivent puissent être mis en relation avec les conférenciers et les participants dans la salle, et que notre site soit une plateforme d’échanges reconnue tout au long de l’année; qu’elle soit une référence de communication en Suisse romande. Enfin, nous voulons renforcer la participation des femmes. Elles ne sont que 17%. L’objectif est d’atteindre les 40% d’ici 2017. A nous d’apporter les modifications nécessaires afin de favoriser leur participation, car leur rôle est important dans notre économie.