Les banques, avec leur lourde structure, proposent généralement des taux de change légèrement moins avantageux que les intermédiaires spécialisés. Profitant aussi parfois de leur position dominante, les banques écartent au maximum leur cours d’achat et de vente afin de maximiser leur profit. C’est ainsi qu’entre 3% et 4% des montants changés feront l’objet de frais. Une petite différence de taux qui se traduit en milliers de francs lorsqu’il s’agit de changer l’entier d’un salaire, par exemple. Le choix de l’intermédiaire doit donc se faire soigneusement en prenant en compte la transparence des coûts, la rapidité des opérations et l’expertise des conseillers.  On veillera aussi naturellement à avoir recours idéalement à un institut financier officiellement établi en Suisse, dans les autres cas, les risques d’arnaques sont malheureusement bien trop présents.

En ligne

Les sociétés de change présentes en ligne permettent d’éviter de manipuler de l’argent liquide et offriront une réactivité intéressante, de 48 heures au maximum. Cela dit, la possibilité d’avoir tout de même un employé au téléphone rapidement est un gage de qualité qui peut souvent éviter de faire certaines erreurs de débutants. Tous ceux qui ont recours aux services de change, ne sont bien sût pas des experts du trading de devises. Pourtant, celui-ci est aussi évolutif que difficile à comprendre pour le grand public. D’où l’importance d’avoir accès à des conseillers expérimentés qui possèdent la patience et la pédagogie nécessaires. Enfin, les sociétés de change actives sur le web servent généralement un grand nombre de clients. Cette masse permettant de négocier les taux les plus avantageux et de baisser chaque frais de transaction, c’est l’assurance d’augmenter son pouvoir d’achat de manière non-négligeable.