Derrière ce constat, l’idée de travailler mieux se substitue à celle de travailler plus. Ainsi, la notion du contrôle horaire des employés prend des allures d’obsolescence si l’on ne tient compte que de la binarité « présence/absence ».

Dans un contexte économique hyperconcurrentiel, les outils conventionnels atteignent leurs limites. La gestion du temps mérite donc d’être repensée pour répondre aux besoins des entreprises.

Outil de pilotage

Les professionnels de la question proposent aujourd’hui des solutions IT ultra-performantes. Ces dispositifs prennent en considération l’intégralité des paramètres liés au facteur temporel.

Ils permettent de déceler les points forts, mais aussi, le potentiel d’amélioration de chaque composante d’un système. Qu’il soit de nature humaine ou relevant de l’automatisation, chaque item est mesuré puis analysé.

Le résultat met en exergue les éléments sur lesquels il est nécessaire d’intervenir pour atteindre un niveau optimal de rentabilité tout en préservant la santé des travailleurs. La plus performante de ces solutions se décline en trois sous-systèmes interconnectés.

Temps de présence

Soumises à la Loi fédérale sur le travail (LTr), les entreprises doivent être en mesure de fournir le décompte horaire de chaque employé, sous quelle que forme que ce soit.

Les nouveaux systèmes de mesure du temps répondent parfaitement à cette obligation légale. Ils permettent, en outre, de générer automatiquement les décomptes des heures supplémentaires, vacances et autres absences.

Un transfert vers une application salaire est bien entendu possible. Cependant, un tel dispositif peut aller beaucoup plus loin dans le management du temps en catégorisant les différentes composantes, telles les pauses café, cigarettes, ainsi que les temps de déplacements.  

Cela permet de mettre en exergue le nombre d’heures journalières, mensuelles ou annuelles utilisées pour chaque catégorie. Ce type de reporting offre l’avantage d’une parfaite équité de traitement entre tous les salariés.

Temps de production

Les systèmes modernes de contrôle mesurent très précisément le temps d’exécution d’une tâche et ainsi, calculent au plus juste le coût de revient.

Les données recueillies peuvent être ventilées par machine, par employé ou par unité de production. Moyennant une configuration ad-hoc, ces mesures séquentielles s’appliquent aussi bien au secteur industriel qu’aux autres domaines d’activité.

Il offre en outre la possibilité de connaître en temps réel la capacité de production, le taux de déchets, les erreurs et leurs causes.

Cet outil est très apprécié par les chefs de secteurs opérationnels. Nous sommes véritablement en plein cœur de la GPAO ; Gestion de la Production Assistée par Ordinateur.

Temps de projet

Il s’agit ici de mesurer le temps passé sur un projet afin de déterminer les différentes étapes et analyser les résultats en fonction du nombre de personnes impliquées.

Les données corrélées avec les temps de présences des employés offrent l’avantage d’optimiser l’entièreté du cahier des charges « recherche & développement ».

Toutes les options ci-dessus préfigurent une nouvelle ère, à savoir : les entreprises dites « connectées » ; ces applications liées à la gestion du temps pouvant être reliées aux smartphones des employés.