En effet, les entreprises continuent...

...de souhaiter pouvoir bénéficier de locaux modulables en fonction de leurs besoins qui évoluent, sans pour autant négliger le confort des employés.

Si nous constatons toujours une suroffre de surfaces commerciales, cela peut s’expliquer notamment par le fait qu’elles ne sont pas adaptées aux besoins des sociétés. La rigidité de la législation actuelle empêche bien souvent le propriétaire d’effectuer des travaux visant à moduler l’espace. En outre, les grandes surfaces ont tendance à être délaissées.

A l’heure où le travailleur est de plus en plus mobile, où les employeurs encouragent le travail à distance (télétravail), le nombre de mètres carrés de bureau par employé a tendance à diminuer.

Par ailleurs...

...a suroffre des surfaces commerciales par rapport à une demande, qui dans certains secteurs se reprend, mais qui reste faible contribue à maintenir une pression à la baisse des loyers. Une telle situation offre des opportunités aux sociétés qui souhaiteraient louer des bureaux dans des endroits bien situés et/ou neufs qui étaient beaucoup plus chers quelques années auparavant.

Une telle situation pourrait engendrer des déménagements de sociétés de la périphérie vers la grande ville, ce qui pourrait provoquer une baisse plus marquée des loyers des surfaces commerciales en périphérie des grandes villes. Quant aux surfaces pour le commerce de détail, la concurrence du commerce en ligne et les nouvelles habitudes des consommateurs mettent sous pression le marché.

Passablement de surfaces restent vacantes. A nouveau, les surfaces doivent pouvoir s’adapter facilement et rapidement de manière à offrir des surfaces polyvalentes.