Mélanie Burnier, vous êtes gérante de TheWorkHub à Vevey et Bulle et membre romande du comité de Coworking Switzerland, une association qui a pour mission de promouvoir le coworking en Suisse et de mettre en réseau les espaces de coworking qui offrent un terreau fertile à l’entrepreneuriat et à toute personne souhaitant s’affranchir de places de travail figées et isolées.

Plus précisément, à qui s’adresse le coworking?

Cette nouvelle manière de travailler recouvre un panel très large de domaines et de travailleurs.

De fait, le coworking s’adresse principalement aux personnes dont l’outil de travail est un ordinateur et qui ont la possibilité de travailler dans un environnement libre et dématérialisé.

Quels en sont les principaux avantages?

Ils sont nombreux! Il y a tout d’abord la création de nouveaux liens sociaux et d’une communauté.

On peut ensuite citer l’avantage économique et la flexibilité qui résultent de la location d’une place de travail et non pas d’un bureau entier. Enfin, travailler avec d’autres personnes, plutôt que seul(e), est un véritable enrichissement qui permet de développer non seulement sa créativité mais aussi sa productivité.

A quel rythme se développe le coworking dans notre pays?

On compte aujourd’hui entre 12 000 et 15 000 coworkers en Suisse et ce nombre ne fait qu’augmenter. En quatre ans, on est passé de 50 à 200 espaces de coworking.

En Romandie, ce nouveau mode de travail séduit à tel point qu’un ou deux nouveaux espaces s’ouvrent tous les mois.