Des origines outre-Atlantique

Développé aux Etats-Unis, l’acronyme BIM signifie Building Information Modeling (c’est-à-dire la réalisation de maquettes numériques), Building Information Model (la maquette numérique elle-même), ou encore Building Information Management pour faire référence à la gestion et à l’échange d’informations.

En français, le terme est généralement traduit par Modélisation des Informations (ou données) du Bâtiment en ce compris les infrastructures.

S’il est difficile de trouver une définition du BIM acceptée par tous, les professionnels du bâtiment et de l’architecture s’accordent à dire qu’il s’agit d’une nouvelle manière de travailler qui permet d’échanger dès le début du projet et de manière structurée des données entre les différents intervenants d’un projet de construction.

Ces données sont essentiellement des maquettes numériques qui sont la représentation virtuelle d’un ouvrage et qui intègrent non seulement des vues géométriques mais aussi diverses informations techniques sur les objets et composants (fenêtres, toiture, murs) et leurs relations avec d’autres éléments du bâtiment.

De nombreux avantages

Soumis à des contraintes de plus en plus grandes dans la réalisation de leurs projets tels que des délais d’exécution de plus en plus courts, des exigences de qualité de plus en plus sévères malgré des budgets restreints ainsi qu’un degré de technicité croissant, les bureaux d’architectes et les entreprises de construction, sont les maillons d’une grande chaîne de valeur qui implique plusieurs intervenants.

Face à ce processus fragmenté, le BIM permet une meilleure organisation du processus de construction et une collaboration accrue basée sur l’utilisation des maquettes numériques.

Réunissant tous les acteurs sur une même plateforme numérique, le BIM permet d’anticiper les erreurs et les difficultés rencontrées en phase d’exécution et d’y remédier directement sur ordinateur en amont durant la phase de conception et non plus sur chantier. 

L’Open BIM

Pour créer des maquettes numériques, les professionnels de la construction utilisent des logiciels BIM qui ne sont pas toujours compatibles entre eux.

Pour pallier ce problème, des formats de fichiers ouverts (c’est-à-dire supportés par tous les logiciels BIM) tels que les Industry Foundation Classes (IFC) ont été conçus.

Grâce à l’Open BIM, les différents professionnels peuvent choisir librement leur logiciel sans avoir peur des problèmes de compatibilité et des pertes de données qui en découlent.

Un événement à ne pas manquer

En Suisse, l’OpenBIM Tour 2019 réunira les professionnels romands de la construction à Fribourg, Genève et Lausanne les 9, 10 et 11 avril prochains.

Une occasion unique pour échanger sur les tenants et aboutissants de cette nouvelle méthode de travail qu’est le BIM.