Très longtemps relégué au second plan, le bien-être des employés est devenu l’une des principales préoccupations des entreprises. Il faut dire que l’enjeu est de taille.

En Suisse, l’absentéisme au travail prend des allures d’épidémie. Selon les données publiées par l’Office fédéral de la statistique, les entreprises comptabilisent près de 300 millions d’heures d’absence chaque année: 75% de ce total est justifié par des raisons de santé.

Et cela a forcément un coût, évalué à 4,2 milliards de francs suisses par an, soit 1,2% du PIB.

Motivation en question

Ainsi, il ne suffit plus aujourd’hui de se soucier de la santé physique des salariés en limitant les risques d’accidents. Il faut également leur offrir des conditions de travail optimales, les rendre épanouis et valorisés par leur hiérarchie.

La motivation des salariés dépend non seulement de la reconnaissance en salaire et en avantages, mais aussi de l’implication qu’on lui propose dans le projet d’entreprise.

Performance en augmentation

Suivant la vague lancée par les multinationales américaines Google ou Yahoo, les entreprises suisses mettent aujourd’hui en place des mesures destinées à améliorer le bien-être de leurs employés: temps partiels, télétravail, parkings gratuits, espaces d’échanges et de détente, crèches privées.

Ces services favoriseraient la motivation et la performance pour plus d’un tiers des employés interrogés. Les entreprises n’hésitent plus désormais à débourser des milliers de francs pour le confort de ses salariés, en particulier dans le secteur de l’horlogerie.