En 2016, la population suisse s’est débarrassée de près de 138 000 tonnes d’appareils électriques et électroniques usagés. Ce sont 4000 tonnes de plus que l’année précédente. En quoi le système helvétique est-il si efficace?

Il y a plus de 500 fabricants ou importateurs suisses ou étrangers qui se sont regroupés, couvrant plus de 90% du marché suisse. La reprise des produits usagés via le commerce et les centres de collecte est ainsi garantie, de même que leur recyclage dans les règles de l’art.

Mais quelles sont les motivations de cette démarche volontaire des entreprises?

D’abord, la volonté de respecter la loi suisse de manière à ce qu’elle n’ait pas besoin de devenir plus contraignante ou davantage détaillée, ce qui risquerait de créer un surcoût auprès des entreprises helvétiques. Ensuite, nous sommes conscients de la masse très importante de produits électroniques utilisés en Suisse et l’importance de les traiter correctement pour le développement durable de notre pays.

Enfin, des matériaux précieux ou très précieux se trouvent dans les téléphones ou les ordinateurs, nous désirons également les valoriser.

Quels sont les avantages du système helvétique?

D’abord, l’efficacité économique de la filière de recyclage. Nous abordons cette dernière de manière entrepreneuriale en cherchant toujours l’efficacité tout en garantissant que nous ne sommes pas dans une quête aveugle de la réduction des coûts qui réduirait la dimension durable.

Et puis le fait d’être à la source de l’importation et de la fabrication des produits permet aussi de les adapter pour qu’ils soient plus facilement recyclés.