De nombreuses entreprises suisses n’ont pas la taille suffisante pour employer un directeur financier à plein temps. Dès lors, plutôt que de charger le directeur exécutif de ces tâches très gourmandes en temps, beaucoup font le choix de faire appel à une société externe.

Celle-ci pourra surveiller les activités effectuées par le personnel interne, fournir des renseignements, établir les comptes annuels, prendre en charge le budget et même parfois participer à l’entretien annuel avec la banque. La comptabilité sera ainsi tenue avec professionnalisme et tout remplacement de personnel éventuel sur ce poste hautement stratégique est assuré.

Autre avantage et non des moindres, une partie des risques liés aux erreurs de déclaration est transférée sur une autre société. Rappelons toutefois qu’en cas de redressement, c’est toujours l’entreprise concernée qui payera la facture. D’où l’importance de choisir avec grand soin la société à laquelle on accordera sa confiance.

Complexité des RHs

La gestion de la rémunération de ses employés est de plus en plus complexe et exigeante. Les modifications de la législation et surtout la sévérité accrue des autorités dans la pratique contraignent donc à des adaptations constantes des pratiques et des connaissances. Par conséquent, seule une entreprise dont c’est le cœur de métier saura assurer un service de qualité parfaitement en phase avec l’actualité.

D’ailleurs, il vaudra mieux choisir un intervenant géographiquement proche de soi afin qu’il soit parfaitement au courant des pratiques locales, des expériences d’entreprises voisines et qu’ils puissent, le cas échéant, avoir un contact direct avec les collaborateurs. La tendance est justement d’externaliser auprès de petites structures de proximité et qui proposent un service plus personnalisé.

Par contre, l’outsourcing de l’audit interne reste souvent l’apanage des grandes sociétés fiduciaires dont le nom suffit à rassurer n’importe quel client, investisseur ou conseil d’administration.