«Franchise», ce terme demeure encore méconnu en Suisse. Il s’agit pour un futur entrepreneur désirant débuter en tant qu’indépendant de pouvoir compter sur un appui afin de faciliter son entrée sur le marché. Le franchisé est redevable de la maison mère, alors celle-ci lui transmet son savoir-faire, sa technique, ses connaissances du marché ou lui met des locaux à disposition. En échange, la succursale lui devra une taxe de «marque», c’est-à-dire pouvoir porter le nom de l’entreprise, il s’agit donc d’un commerce partagé. 

L’entreprise Gilles Desplanches SA, experte dans le domaine de la pâtisserie-confiserie depuis 1987 et employant 140 employés à Genève a mis en œuvre ce concept de franchise avec succès depuis déjà 7 ans. A ce jour, 8 franchises ont été ouvertes. Dès septembre, l’ambitieux directeur et fondateur de la compagnie, Monsieur Desplanches, souhaite engager de nouveaux franchisés. Il explique le bien-fondé des franchises.  «C’est tout d’abord une notion éthique sous la forme commerciale, pouvoir transmettre son savoir-faire à des personnes qui ont une vision similaire à la notre. Ce système permet au franchiseur de croître  sans toujours être à la quête de nouveaux investissements. Accepter des franchisés, c’est accepter de partager son savoir».

L’esprit entrepreneur

Selon le chef d’entreprise «Pour être indépendant il faut être prêt à travailler plus de 12heures par jour si nécessaire et avoir le soutien de sa famille et de ses amis. Aussi important à mes yeux, c’est d’avoir eu une première expérience professionnelle qu’elle se soit conclu par un succès ou un échec, cela permet de forger le caractère d’entrepreneur». Afin d’aider au mieux le futur patron d’une succursale, une formation est prévue dans cette compagnie innovante. On compte environ entre 6 à 12 mois entre la prise de contact et l’ouverture d’un magasin.

Financement

Pour être franchisé, il faut certes payer une taxe d’entrée, pour pouvoir vendre au nom de la marque, ainsi que des royalties, cependant ce montant reste raisonnable en comparaison avec la diminution des risques qu’il procure. Les montants investis dépendent de la marque pour laquelle on souhaite travailler. On estime les coûts de cette opération à environ CHF 30000.– et 5% de son chiffre d’affaire mensuel, sous forme de royalties. Il faut en outre avoir au moins 100000.– de fonds propres pour l’aquisition de futur magasin.

Selon Gilles Desplanches «Il faut savoir que dans le service rendu en échange de cet argent, pleins d’avantages rentrent en ligne de compte. Ainsi, le franchisé peut bénéficier de nos meilleures conditions d’achat, d’une formation complémentaire, de notre business plan ou de nos études de marché. L’enseigne nous donne aussi son avis, il existe un échange étroit d’informations entre le franchiseur et son client».  

Quels sont les avantages à devenir «franchisé»?

La franchise est le moyen de levier idéal pour devenir son propre patron, tant pour la satisfaction de suivre son rythme, que pour le  bon salaire perçu dès le début de son activité et la garantie qu’il sera possible de revendre à un prix fixe par la suite.

La confiance dans la marque favorise l’accès à l’immobilier et au financement.

Le franchisé bénéficie de l’accès à la marque, à un vaste réseau et à un savoir-faire, tant de raisons qui font de la franchise un système d’entreprenariat à succès.