L’outsourcing crée des emplois et renforce la compétitivité des entreprises. La tendance des sociétés – et des administrations publiques – à sous-traiter les activités qui ne sont pas stratégiques n’est bien sûr pas récente, mais elle s’est sans conteste accélérée au cours des quinze dernières années. Et cela pour le plus grand bénéfice de chacun. 

Déléguer à des spécialistes certaines activités

Après une analyse coût-bénéfice rigoureuse, toujours plus de managers arrivent à la conclusion qu’il vaut mieux se concentrer sur le métier de base de leur entreprise et déléguer à des spécialistes certaines activités annexes, que ce soit le nettoyage, la restauration collective, l’informatique ou… la gestion des ressources humaines. Cette évolution ne se constate d’ailleurs pas qu’en Suisse.

Dans le canton de Vaud, cette tendance de fond vient d’être chiffrée dans une étude réalisée en partenariat entre la CVCI et la BCV («Vaud, le tigre discret»). On y constate que le nombre de personnes employées dans des fiduciaires, des sociétés de services aux entreprises ou des sociétés informatiques s’est envolé depuis la fin des années 1990, soit à partir du moment où le canton a amorcé une croissance solide et durable.

La tendance est sans aucun doute similaire ailleurs en Suisse, mais avec une dynamique plus marquée dans les régions qui abritent de grandes entreprises, qu’elles soient suisses ou internationales. L’outsourcing est exigeant, car les sociétés qui externalisent mettent les fournisseurs en compétition permanente, ce qui renforce constamment leur professionnalisme.

Notons enfin qu’avec la révolution numérique en cours, la sous-traitance va continuer à s’intensifier ces prochaines années, ce qui créera de nouvelles opportunités d’affaires. Une bonne nouvelle à saluer!