Prévenir le repentir de l'inexpérience

Cette célèbre citation de Pythagore qui dans le langage commun équivaut à «si j’avais su!» n’est que trop souvent entendue.

Rares sont malheureusement les entreprises qui établissent un plan de continuité des activités qui vise à maintenir les opérations essentielles de l’entreprise, même en mode dégradé, et à reprendre son activité normale le plus rapidement possible en se concentrant généralement sur les quatre départements jugés stratégiques à savoir, les ressources humaines, l’informatique, la logistique et les fournisseurs.

Un tel plan vise donc, sur base des risques identifiés, à organiser le fonctionnement de la cellule de crise ainsi qu’à définir les rôles et les responsabilités tant en interne que vis-à-vis du public car la communication en situation de crise est un élément à ne surtout pas négliger.

L’importance des mises en situation

Alors que les institutions bancaires et celles actives dans le domaine de la chimie sont tenues par les autorités fédérales d’établir un plan de continuité des affaires (et de gestion de crise) et de le tester régulièrement pour en assurer l’efficacité, tel n’est pas le cas pour les autres secteurs.

Et même lorsqu’un tel plan existe et a été bien pensé, nul ne devrait oublier que la vie d’entreprise n’est pas un long fleuve tranquille et que les employés, les départements, les procédures voire les mots de passe changent rapidement.

Il est donc recommandé de procéder, au moins une fois par an à des exercices de mises en situation où la survenance de certains risques est simulée. Ces exercices qui peuvent être réalisés au niveau de certains départements dits stratégiques ou au niveau de l’entreprise tout entière vont permettre de juger de la pertinence et de l’efficacité du plan et de le tenir à jour.

L’audit post-crise est une nécessité

Chaque expérience, bonne ou mauvaise, a le mérite de constituer une valeur ajoutée pour le futur de toute entreprise. Il convient donc de prendre le temps de capitaliser sur les crises survenues, d’en tirer des enseignements qui permettront de déployer une méthodologie itérative afin d’augmenter la résilience de l’entreprise.

Il est ainsi important de déterminer les fonctions et les processus qui n’étaient pas prêts à fonctionner, même de manière minimaliste, pour assurer le maintien des activités entrepreneuriales dans le futur.